micetto responsive
nos actualités

Des félins... et de mon bonheur par Sylvie Eddé-Shlink

La couverture de les félins...et de mon bonheur par Sylvie Eddé-Shlink aux éditions Cariscrit Paris

Ecrivaine et co-fondatrice de l’école Athénée au Liban, établissement d’enseignement allant de la maternelle à la Terminale, Sylvie Eddé-Shlink a dédicacé son dernier ouvrage “Chronique d’une passion” à l’aéroclub de Beyrouth, trés recemment. 

Ce livre n’est pas disponible en France, du moins pour le moment. Vous allez me dire : alors pourquoi en parler ? Simplement parce que c’est l’occasion de découvrir cette écrivaine libanaise qui, contrairement aux auteurs qui ont parlé de leurs chats alors qu’ils étaient déjà des écrivains confirmés (Colette, Céline, Mallarmé etc...) est venue à la littérature par les chats. Nous avons relu le livre précédent de l’auteure, dédié à ses chattes “Des félins... et de mon bonheur”, livre exquis, paru en France en avril 2009 dans lequel S. Eddé-Shlink décrit son bonheur fait de petits évènements quotidiens avec ses petites protégées sur fond noir de la guerre du Liban. Elle raconte tout simplement avec délicatesse et poésie la vie de ses chattes : Zoe, la première, ses ébats avec un chat errant dans la campagne où la guerre les a reléguées, la mise-bas de sa portée, l’émerveillement de l’auteure devant les chatons ouvrant leurs yeux sur le monde, l’arrivée de Puce et Grisette dans sa vie . “Il y a tellement de choses dans le regard d’un chat, de la confiance, une confiance qui bouleverse parfois.”

Le contraste entre la cruauté de la vie (vie conjugale de l’auteure qui s’est anéantie, guerre meurtrière qui n’en finit pas) et par opposition le bonheur renouvelé tous les jours des petites choses de la vie avec les chats. “Présentes partout dans cette maison qui était devenue trop grande pour moi toute seule, mes félines grandissaient dans la félicité et la tendresse partagée”.

Et suit la description de ce bonheur fait de mille et une petites observations, les jeux dont on ne se lasse pas, les mimiques, les habitudes.

Des petites choses comme :

- le sac transparent :

“C’était un grand sac transparent. J’ouvrais le sac, je l’ouvrais très grand et je me portais à l’autre bout de la pièce. Accroupie, Puce bandait ses muscles, balançait le croupion et fixait le machin d’un oeil sauvage. Tout à coup, hop ! une fusée supersonique traversait la pièce et s’engouffrait dans le sac avec un bruit de tonnerre.” Tout propriétaire de chat visionne bien la scène et se remémore des situations analogues où le chat a agi ainsi.

- la boule de papier froissé :

“La boule de papier froissé devenait l’enjeu d’une véritable partie d’adresse qui me ravissait.” et plein d’autres jeux encore.

L’auteure raconte comment Rouquette, chatte errante, est entrée dans sa vie pour un temps : elle allait vers elle de ”son inimitable pas chaloupé” car il est bien vrai que c’est le chat qui vous adopte et non le contraire.

”C’est ainsi que Rouquette est entrée dans ma vie, elle aussi un beau matin, sur ses pattes de velours, avec ses yeux d’or et ses oreilles roses. J’ai découvert alors un monde insoupçonné, le monde de la rue”.  Rouquette disparaitra comme elle est apparue et gardera son mystère.

Puis, c’est la douloureuse maladie de Grisette avec ses moments de souffrance puis de rémission : “Ce soir, un petit papillon s’est posé tout à côté de ma Grisette, j’ai souri et ma jeune chatte a compris qu’on pouvait guérir. Messager d’espoir, le papillon s’est envolé pour aller se poser plus loin. Ses manoeuvres aériennes ont l’air d’amuser ma Grisette, le regard vert-émeraude retrouve par instants l‘éclat des jours heureux.”

L’adieu à la chatte adorée est émouvant : “Au lendemain du Printemps, Grisette, je t’ai laissé dormir pour toujours. Tu es partie, belle dans ton pelage blanc.” 

Ce témoignage d’une femme et ses chats est à la fois bien saisi et touchant. C’est un joli petit livre à garder dans sa bibliothèque.
“Des félins...et de mon bonheur” Cariscript Paris

les dernières mises en ligne