micetto responsive
nos actualités

Retour des lynx ibériques en Espagne

Un lynx ibérique en Espagne

Le lynx ibérique est peut-être sauvé…

Le lynx est un gros chat. Sublime de beauté mais je ne peux pas vous dire s’il ronronne parce que je ne l’ai pas approché d’assez près. Je l’ai fréquenté en Suède, comme tous ceux qui pratiquent le ski de fond dans la campagne qui entoure Stockholm, j’ai approché pratiquement tous ses copains, jaguar en Amazonie, puma dans les Rocheuses, léopard et lion au Kenya, pas au point de les caresser ce qui serait d’ailleurs, même s’ils étaient d’accord, ce dont je doute, une vraie connerie parce que la force d’un animal sauvage, c’est qu’il est sauvage… Le tigre j’ai loupé mon coup, pas vu, en tous cas à l’état sauvage. Il n’y en a plus que 3500 dans le monde, lui aussi est en voie de disparition. Quant au lynx ibérique, je n’avais aucune chance d’en voir, pour une raison simple, il y a dix ans, c’était  l’espèce la plus menacée au monde, quasiment disparue.
Le gouvernement d’Andalousie s’est attaqué au problème, avec l’aide de l’Europe, qui a financé la moitié des 26 millions d’euro nécessaires. Dans cette province de l’extrême sud de l’Espagne, on sait que cet animal est un énorme atout pour le tourisme et donc pour l’emploi dans une région qui se prend tout de même pas loin de 40% de chômdu ! On a donc monté depuis dix ans un plan de sauvetage, en passant des accords avec les chasseurs et les agriculteurs, habitués comme en France à flinguer à tout va sous couvert de « culture régionale ». Puis, on s’est souvenu du sauvetage du bison aux USA, totalement disparu à cause de gros cons genre Buffalo Bill, et des guerres indiennes où l’armée des Etats Unis a flingué ce qui restait pour affamer les nations en révolte. Aux USA le retour du bison s’est fait grâce à des animaux en captivité régénérés par l’arrivée de bisons sauvages venus d’Europe, en particulier de Pologne. Et le parc de Yellowstone, grâce à ses ours noirs, ses grizzli,  ses loups et ses bisons, avec aussi il est vrai quelques fameux geysers, reçoit trois millions de visiteurs par an, la moitié de ce que fait la tour Eiffel ! Pour avoir visité cet endroit phénoménal, qui fait la taille de la Corse, je peux témoigner que c’est une richesse colossale qui tombe sur ce parc et sur la région qui l’entoure. En Andalousie, on a donc d’abord créé des structures d’accueil pour les lynx en captivité, au cas où l’espèce disparaîtrait totalement, puis on a organisé des rencontres avec de vrais lynx sauvages venus de la Sierra Morena, un massif montagneux au nord de l’Andalousie, et en dix ans, la population est passée de moins de cent à plus de trois cents animaux. Du coup, il est question de le réintroduire au Portugal, pays où l’animal n’existe plus. Trois cents, ce n’est pas encore sauvé, mais l’espèce est en voie d’accroissement, et l’espoir est permis. Et comme prévu, les recettes touristiques ont augmenté comme du bon pain. Et l’emploi est arrivé avec, pour s’occuper des animaux et des gens venus voir les animaux !
Il se trouve que j’ai une énorme émotion pour le monde sauvage en général. Que j’ai chialé lors de ma première rencontre avec une famille d’éléphants sauvages. Et plein d’autres fois d’ailleurs, avec les baleines, les loups, les ours polaires… Mais le chat sauvage et tous ses cousins, c’est autre chose, une sorte de sensation de monde idéal.
Du coup, cette histoire de lynx ibérique était aussi belle à pleurer et j’avais envie de la partager avec vous. Animaux carnassiers ? Ils sont beaucoup moins dangereux que les mecs qui brûlent les feux rouges la nuit à Paris !

les dernières mises en ligne