micetto responsive
nos actualités

Les animaux passent du statut de meubles à celui d’êtres vivants doués de sensibilité...

Les animaux passent du statut de meubles à celui d’êtres vivants doués de sensibilité...

On sait qu’en ce moment et c’est une bonne chose, le pouvoir législatif tente de simplifier le b… nucléaire qu’est le code civil, avec des ajouts dans tous les sens et n’importe où. C’est dans le cadre de cette simplification que le groupe socialiste a fait reconnaître aux animaux (1), nous avons déjà écrit qu’ils étaient considérés comme des biens meubles depuis Napoléon, le statut d’être vivants doués de sensibilité. Révolution ? 

Oui et non. 

Antonio Gramsci, célèbre théoricien italien spécialiste des mouvements révolutionnaires a écrit, et c’est fort bien vu, que pour qu’une révolution devienne effective dans les faits, il faut d’abord qu’elle le soit dans les consciences. 

D’où par exemple le rôle colossal de l’Encyclopédie chez les intellos de toute l’Europe, qui ne prônait en rien ce qui s’est passé en France en 1789 et dans les années qui suivent, mais qui ont préparé les consciences à des concepts quasiment inconnus comme la souveraineté populaire… 

Dans notre histoire animale, le rôle de Diderot, Voltaire, d’Alembert et tant d’autres a été tenu par un groupe d’intellectuels et de scientifiques français, des gens comme Michel Onfray, Luc Ferry, Erik Orsenna, Hubert Reeves, ainsi que la fondation Trente Millions d’Amis mais surtout… 89% des français, on se croirait dans une élection égyptienne mais en tous cas le côté vivant et sensible de l’animal était dans les consciences, c’est clair. 

Donc oui, révolution… 

Mais… pas encore vraiment dans les actes, on rappelle qu’il s’agit seulement d’une simplification législative, d’autres codes, le droit rural, le droit pénal reconnaissaient déjà ce caractère aux animaux mais pas le code civil, qui est une sorte de centre de la loi, ce code concerne tout le monde… C’est donc un amendement de cohérence, qui, selon le rapporteur de la loi, n’entraîne aucun effet juridique non maîtrisé. 

Bref les mecs, on y va sur la pointe des pieds mais on va dans la bonne direction, faire avancer l’histoire d’une demi-godasse en exactement 210 ans, le C.C., alias Code Civil, est apparu en 1804, ce n’est ni une Bastille ni un grand bond en avant… 

Après tout, la République a mis presque cent ans à devenir vraiment « naturelle », avec des restaurations, elles-mêmes mises à bas par des soulèvements, puis un empire, un deuxième empire piétiné par une Commune elle-même fusillée sur ordre de celui qui deviendra président de la République quelques temps après, avec encore quelques gros accrocs illégitimes comme Vichy, et une vulnérabilité permanente, on se rend compte tous les jours qu’elle doit être défendue becs et ongles… 

Alors si on a mis autant de temps à devenir « naturellement » républicains, on peut comprendre que les animaux mettent deux cents ans à devenir « naturellement » des animaux ! 

Bon, il y avait un vrai projet de loi, pas seulement un amendement parmi des centaines d’autres, portant statut de l’animal… Qui par exemple aurait supervisé cette saloperie qu’est l’élevage intensif, mais qui se serait aussi intéressé à la chasse, et là on touche deux millions d’électeurs, et aurait pu aussi faire stopper certains spectacles animaliers qui sont encore trop ancrés dans la culture traditionnelle de certaines régions, et dont l’interdiction aurait suscité des soulèvements… Bref, le statut de l’animal… plus tard. 

Et oui, une vraie révolution ça fait toujours du bruit. Parce que c’est renversant, et personne n’aime ça, être renversé…  

 

(1) Les députés ont validé ce changement de statut des animaux le 15 avril 2014.

les dernières mises en ligne