micetto responsive
nos actualités

Il éclate la tête de son chat à coups de boîte à lettres... Timbré le mec non ?

 Un chat./Photo d'illustration

Il y a parfois des crimes, contre les hommes ET contre les animaux, qui dépassent l’entendement, qui ne sont ni suffisamment explicables par la cruauté, ni par l’immense imbécillité de l’assassin. Et si l’on y ajoute la bière, l’ivrognerie, je ne pige toujours pas mais voilà, quand l’homme devient une merde, c’est sans limites. Il faut bien se rendre compte que l’histoire est pleine de ce genre de massacres, simples ou multiples. Et que la terre est pleine de gens qui sont de la merde. 

Dans notre histoire, un mec de Bourg en Bresse, rentre chez lui bourré. Les chats ont fait des conneries, ce qui est effectivement énervant, et encore, ceux qui ont une un jeune chien qui ruine l’appartement et la bagnole quand on le laisse seul un quart d’heure savent que côté mettre le bazar, les chats sont encore des nains même quand ils mettent du cœur à l’ouvrage ! 

Bon, ils ont pissé sur le canapé, signe fréquent que la caisse n’est pas propre, chez moi c’est la couette de mon fils qui passe à la machine une fois par mois. En plus, ils ont renversé leur litière, deuxième signe que la caisse à merde est dégueulasse. 

Il y a deux chats. Le connard bourré balance le plus petit par la fenêtre, du deuxième étage, il s’en sort avec une patte cassée. L’autre ne s’en sort pas. Le mec (mais à ce stade de bêtise cruelle, ce n’est plus un mec, c’est un débris) le jette dans l’escalier, puis il lui écrase la tête sur la boîte à lettres. Le chat est mort, bien sûr. 

La Spa s’est portée partie civile. 

J’ai été et je suis toujours pour l’abolition de la peine de mort, en revanche, que faire d’un mec comme ça ? La tôle ? C’est un minimum et il a été condamné à quatre mois fermes…  Des fois, ce sont les juges que j’enverrais volontiers se faire lyncher… Il est vrai que la loi ne punit guère la cruauté envers les animaux, et qu’un juge ne peut pas aller au-delà de ce que dit la règle pénale. Le débris humain est également condamné à l’interdiction de posséder un animal. Dommage qu’on ne puisse pas lui interdire l’alcool, comme tous ceux qui ne boivent pas, je ne comprends pas que cette drogue dure qui tue des dizaines de jeunes chaque année sur les routes du samedi soir soit encore légale… 

Mais bon, comme toujours c’est l’excès qui tue, ce qui manque est donc l’éducation, apprendre à déguster au lieu de se murger à l’alcool pas cher serait une bonne façon de limiter les dégâts. 

Bon, quatre mois ferme c’est bien, s’il avait fait ça à quelqu’un il aurait pris perpète. Chers animaux, vous n’en savez rien, mais vous êtes innocents mais vous ne pourrez jamais le faire établir. Heureusement, il y a toujours des gens pour faire avancer l’histoire, mais celle-là nage à contre courant !

les dernières mises en ligne