micetto responsive
nos actualités

Une femme arrêtée à Marseille pour avoir lancé et tué son chat dans l’escalier...

La une de La Provence.com du 10 juillet 2014

A Marseille, il devient plus difficile et plus dangereux de tuer un chat qu’un membre d’une bande rivale, dans le deuxième cas le mec donne des interviews aux journaux, dans le premier on se retrouve en cabane…
Dans le cas qui nous intéresse, l’affaire est rapportée par nos confrères de La Provence du 10 juillet 2014, les faits ont lieu à Bégude, dans les quartiers nord de Marseille. Une femme, dont les voisins disent qu’elle était coutumière des faits, a jeté son chat dans l’escalier et l’animal en est mort. 

Loin de nous la moindre idée de moraliste dans cette chronique, la femme en question peut aussi avoir une araignée dans le citron, mais une remarque, l’attitude des autorités se modifie dans les cas de maltraitance d’animaux. 

On a déjà vu avec notre conseil juridique Maître Alligné que le régime juridique des animaux a changé, mais, on le voit chaque jour, un texte, fût-il législatif, n’a aucun effet s’il n’est pas appliqué. 

Mais dans ce cas, le fait que la femme auteure de ce geste a été arrêtée est significatif, l’histoire avance dans le bon sens, en tous cas dans ce domaine. 

Reste à savoir la suite que donnera la justice à cette affaire. 

Elle peut être classée, le parquet peut aussi ouvrir une information, le problème est que l’on imagine bien qu’à Marseille, les enquêtes pour meurtre sont légion, un centigramme de coke, la possession d’un cm de trottoir et on fait parler les calibres. 

Mais bon, on note que la police, surchargée, a quand même arrêté cette dame. C’est bon signe, on y a mettra encore des années mais vous le verrez, un jour les animaux domestiques auront vraiment des droits inaliénables !

C’est simple, si vous faites ça à un gosse, qui est, comme le chat, sans défense, c’est la Cour d’Assises et trente ans de tôle! 

On en est loin pour les animaux mais…  mon père avait compris en Alsace que « les petits couteaux font les grands marteaux » ce qui signifiait en fait « les petites gouttes d’eau font les grandes marres d’eau »… C’est un peu le cas dans la défense judiciaire des animaux.  Maître Alligné plaide beaucoup d’affaires de ce genre, cela confirme que l’histoire est en marche. 

Découvrir l'article de la Provence.com du 10 juillet 2014 relatif à cette maltraitance de chat.

les dernières mises en ligne