micetto responsive
nos actualités

Aux USA, la mode de la cabane à chats sauvages ... Gimme shelter !

Photo d'une cabane à chat.

L’histoire se passe aux USA, on y parle donc anglais, et il est question de donner un abri aux chats sauvages... Bref... « Gimme shelter... »
Arrivent tout de suite deux accords qui vont bien, Keith entame la chanson culte...  Le rock est une grande partie de mes émois... Un de mes mille vies, plutôt sympa...  
Trois lignes de détour, pardon les chats... Bref, pour écrire dans Micetto  un article sur les « Chats Sauvages », je passe par le groupe français de Dick Rivers (1961-1964), le grand rival des Chaussettes Noires d’Eddy Mitchell ! Et j’y ajoute, quand on parle d’abri,  un des plus grands titres des Stones,  
« Gimme shelter » dit le chat sauvage... 

Un abri  d’hiver ? Un chat sauvage est un animal qui vit dehors, seul, parfois en milieu sauvage, ou pas loin d’une maison, ce peut être aussi votre chat, quand vous avez un jardin, voire un parc, qu’il passe la nuit dehors, et que, quand il fait moins dix en hiver, il n’est pas facile de laisser la porte ouverte.
Bon, dans ce dernier cas, la trappe dans une des portes qui donnent sur l’extérieur est une autre solution, mais pour ceux qui ne veulent pas dévaster leur porte, voici donc les idées proposées sur des sites US. Ces abris sont aussi un excellent refuge pour les chats errants...  
Bien entendu, cette cabane à chats est plus utile en milieu froid que sur les côtes des Keys en Floride... Car on le rappelle, tout ceci se passe aux USA. 

Plusieurs boîtes proposent des abris d’hiver tout faits ou à construire pour les chats sauvages (ou pas...)
Le modèle dit « Neighborhood Cats Winter Shelter », dessiné par Karin Hancock, est fait de parois de cinq centimètres d’épaisseur de mousse, un isolant phénoménal. La chaleur du félin lui sert donc de radiateur, la place à l’intérieur est volontairement limitée pour que cet effet de chaudière naturelle fonctionne au mieux...  Quatre chats peuvent y cohabiter sans problème.
Quand les chats ont commencé à s’y habituer, on conseille d’ajouter la fameuse porte à balancier, en vinyle. On conseille aussi de ne jamais mettre d’eau dans cet abri, car si le chat se mouille par accident, il pourrait être en grand danger. (On rappelle que dans l’Etat de New York, là où l’abri a été conçu, l’hiver, les températures de moins trente sont courantes...)
On précise donc que les matériaux nécessaires sont les parois de mousse, le lino pour tapisser le sol et l’intérieur des parois, le silicone pour les joints entre les parois, la peinture pour finir le tout, la paille à mettre dans l’abri... Le prix de revient de la construction de cette cabane, aux USA, est de 50/60 dollars.(42 €). Sa description et le manuel de montage sont sur Neighborhood Cats
Il faut parler un peu l’anglais, vous transformerez les mesures indiquées en inches en cm (un pouce, « one inch », fait 2,5 cm...) et le tour est joué. On vous explique même que pour couper la mousse, le mieux est la scie circulaire... 

Voir aussi le modèle CSM Stray Foundation Winter Shelter, un peu plus chicos... 

Ou encore le Feral Villa, qui lui est envoyé tout fait, c’est en bois, avec deux niveaux, le bas est en labyrinthe pour stopper l’eau, la neige et le vent, le haut est la partie à vivre, isolée donc. Il fait 22 inches de large et autant en hauteur, soit 55 cm, il est conçu pour résister aux sols les plus humides et aux éléments météo les plus violents pendant sept ans.
Bien sûr, c’est un bon tuyau. Il coûte 65 dollars, autrement dit peanuts, 50 €, mais il faut y ajouter le transport, et là, vu les dimensions, ça va vous coûter une blinde ! A voir quand même, peut-être par container sur un bateau. 

Mais au fait pourquoi ? Parce que tous ces abris sont proposés par de très puissantes associations américaines, qui défendent à leur façon la veuve et l’orphelin, mais dans la gent féline. Le chat sauvage, que l’on trouve en grande quantité aux USA, pays justement très sauvage par endroits,  y est protégé, avec ses associations de défense. Comme le sont d’autres animaux jadis massacrés, cela va du puma au bison, en passant par l’ours noir ou le Grizzly, aujourd’hui sources de revenus immenses grâce au tourisme.
Bon, en France, les loups, les ours, les renards, les aigles, on continue de faire des manifs pour les éliminer, aux USA ça rapporte du blé et la cohabitation avec l’homme ne pose aucun problème...
Mais me direz-vous, en France, le chat sauvage ? Il existe, mais le pays est plus densément peuplé que le nord américain ou canadien. En revanche, je sais que pas mal de proprios laissent leurs chats vivre de façon sauvage, ils les laissent même se démerder quand ils partent en vacances, ce que les félins font très bien d’ailleurs, et ce genre d’abri me semble assez bien vu pour leur permettre au minimum de ne pas se faire doucher par les orages, on sait que chat craint l’eau froide...  « Gimme shelter » peut donc aussi se vivre en français... 

 Si vous aimez cette page et que vous souhaitez recevoir nos meilleurs conseils, nos dernières actualités et vidéos, nos plus belles histoires de chat directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. Plus nous aurons d'inscrits, plus notre voix pourra se faire entendre et mieux nous pourrons gagner nos combats en faveur de nos amis les chats.

171015

les dernières mises en ligne