micetto responsive
nos actualités

Micetto et Maya, histoire d’un jour...

Micetto et Maya, histoire d’un jour...

Ce mercredi 29 avril 2015, nous trouvons à la porte des bureaux de Micetto à Clichy, un petit chat, manifestement perdu, seul au milieu de la foule et du trafic. Il est très beau, couleur lièvre, un peu de Bengali dans l’aspect.
Nous le prenons dans nos bras sans problème, avec bien sûr l’intention de le restituer, mais pour le transporter jusqu’à l’endroit où l’on pourra lire son tatouage ou sa puce électronique, il faut au moins une cage. On le laisse dans une pièce, à ce moment il est tout gentil, tout tendre. Il refuse la nourriture que nous lui proposons, il y a quatre chats dans les bureaux, nous ne manquons de rien...
Pour préparer la cage de transport, nous le laissons dans la pièce, porte fermée, et le chat s’en fout complètement, il ouvre les portes comme vous et moi !
Je connais le cas, c’est du déjà vu, mais rare quand même, surtout avec cette aisance...
Du coup, comme on n’a pas envie qu’il soit perdu à nouveau, nous fermons la pièce à clé...
On fait un peu le tour du quartier, le truc classique, on en parle aux commerçants, si le proprio le cherche il commencera lui aussi par les commerces du coin.
Nous essayons aussi de voir s’il a un tatouage et c’est là que l’attitude du chat change du tout au tout.
De la crème de chat qu’il était, il est devenu un fauve inabordable. Clairement, c’est un chat habitué à aller partout où bon lui semble et le coup de la pièce fermée ne lui a pas plu.
On doit enfiler les gros gants de moto, ceux que l’on utilise l’hiver, qui sont épais, pour arriver à le glisser dans une cage. Mais c’est une vraie mêlée, on a même du prendre une couverture pour parer les coups de griffe dans tous les sens. Nous ne sommes pas des héros, mais il nous semblait intéressant de partager cette aventure avec vous, cela vous arrivera peut-être et nos conseils seront peut-être utiles !
Pour le vétérinaire, nous avons choisi le plus proche dans l’annuaire, à Clichy. C’est important car nous ne le connaissons pas, nous ne sommes pas des clients habitués, il n’a aucune raison de nous faire un cadeau ou une faveur... On y reviendra.
Au cabinet, qui nous accorde un rendez vous immédiatement quand nous expliquons la situation, deux femmes nous reçoivent, la vétérinaire et son assistante.
Elles constatent vite que le chat est tatoué mais vu son état d’énervement, il va être impossible de lire le tatouage dans l’intérieur de l’oreille.  Il lance des coups de griffe à travers les barreaux de la cage, il pousse des cris sauvages, on comprend évidemment que la cage c’est comme la pièce fermée, ce n’est pas son truc.
Nouvelle opération délicate, pour endormir le chat, ce qui est la seule solution pour éviter que quelqu’un se fasse écharper. Il faut le passer dans une autre cage, dite de contention. Le chat fait un tel bruit qu’un client qui attendait son chat dans la salle d’attente est arrivé affolé, pensant que c’est son animal que l’on martyrisait !
Et oui, pas facile de garder son calme...
Dans cette cage de contention, pas de piqûre, on fait passer un gaz qui calme le chat, il finit par s’endormir. Il est sorti de cette cage, on lui pose un masque qui le maintient en état de sommeil et l’examen commence. C’est une femelle, apprend on en premier, on lit son numéro de tatouage, elle est remise dans notre cage, elle se réveille tout de suite...
En fait, elle a été à peine endormie, toujours le même souci de ne pas lui faire prendre de risques, personne, forcément, ne connaît son dossier, il peut y avoir des allergies.
La vétérinaire trouve sur son fichier quelques informations sur l’animal. Il s’agit de Maya, née en 2007, son propriétaire habite le dix-huitième arrondissement de Paris.
On ne le trouve pas par téléphone, on appelle le vétérinaire qui a tatoué la chatte. Coup de bol, il habite en face de chez le proprio en question et dit qu’il passera chercher Maya le soir même.
La question bien sûr est comment une petite chatte, nous l’avons crue beaucoup plus jeune d’ailleurs, a pu faire un aussi long chemin ? Clichy-le 18ème, c’est bien au-delà des limites habituelles de balade d’un chat, mystère... Il est peut être monté dans une auto, il lui faut à peine une seconde pour être à l’intérieur et éventuellement se cacher, sans que le conducteur l’ait même vu monter...
J’en reviens à la vétérinaire qui nous a reçus. L’histoire mise bout à bout lui a quand même pris une heure, à deux personnes, elle ne nous a pas demandé un centime.
Bref cette praticienne fait honneur à sa profession, dont il se dit assez souvent qu’elle regroupe surtout des gens très intéressés. Comme quoi on se trompe dès que l’on généralise...
Nous mettons donc aujourdhui au tableau d'honneur de Micetto la clinique vétérinaire du Docteur Puyanne
Bon, je répète que nous n’avons pas fait acte d’héroïsme ni même de générosité particulière, ou de compassion, il ya des gens qui consacrent leur vie à ce genre de sauvetage, qui sont eux totalement admirables. 

En revanche, cela aura été une belle aventure d’un jour pour nous, le chat n’a pas tout aimé mais il a retrouvé son maître. Ceux qui ont finalement détesté l’histoire ce sont... nos gants de moto !

Un petit regret cependant que le propriétaire de Maya nous ait pas fait part du bonheur de la retrouver.

 

  Si vous aimez cette page et souhaitez recevoir les meilleures de nos dernières actualités directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici.   

 

 

La clinique vétérinaire des Docteur Puyanne
11 Place des Martyrs
92110 Clichy
Téléphone :  01 41 27 26 72

les dernières mises en ligne