micetto responsive
nos actualités

Assurer son chat ou pas ? Il faut calculer... même les calculs !

Assurer son chat ou pas ? Il faut calculer... même les calculs !

Ce titre à l’humour assez juvénile est en fait justifié. En préparant ce reportage, je m’aperçois que les assurances, même si l’on prend l’option la plus chère, ne couvrent pas les maladies héréditaires. Or, très souvent, les calculs, qui sont donc de petits cailloux qui se forment dans le système urinaire, sont d’origine héréditaire !
On sait par exemple que c’est plus répandu chez le Persan que chez d’autres espèces.
Autre exemple, chez moi, il y a trois chats de la SPA, deux frères et une sœur. L’un des mâles a déjà été victime d’un calcul au niveau de l’urètre, on s’est aperçus à temps qu’il n’arrivait plus à uriner mais chez le véto, la douloureuse a été très douloureuse !
Plus grave, son frère, lui, est atteint au niveau des reins, il est en pleine forme mais on a su, après radios et autres examens très chers, qu’il était atteint de façon très grave et susceptible de décéder à tout moment. Entre les deux histoires, j’ai sorti pas loin de 2000 euro...
Je n’écris pas pour me faire plaindre, juste pour dire que cette maladie étant héréditaire, l’assurance ne m’aurait rien remboursé...
Assurance ? Selon les garanties, entre 20 et quarante euro par mois, en sachant que les assureurs ne veulent pas des très jeunes animaux, qui se font facilement mal, ni des vieux, qui vont plus souvent chez le vétérinaire. A l’année, on est donc entre 250 et 500 euro.
Il ya une option plus basse, mais qui ne garantit que les soins courants liés aux accidents, à l’exception de la chirurgie et de l’hospitalisation ! Bref, queue dalle...
Il ya une option haute, autour de 80 euro par mois, là on touche le millier d’euro annuel, et on a la totale, vaccins, traitement antiparasites, croquettes diététiques, toilettages, soins dentaires, capitaux décès, frais d’euthanasie et d’inhumation.
Mais d’une part, on rappelle que cela n’est possible que pour un chat jeune, quand il dépasse dix ans, les primes augmentent de 15 à 20%, et qu’encore une fois, les maladies héréditaires ne sont pas prises en compte. Ne sont pas comprises non plus les agressions venant d’un animal dangereux, on pense aux chiens  bien sûr, mais il ya aussi des matous gros, puissants et cruels qui peuvent blesser votre animal lors d’une rencontre imprévue.
Par ailleurs, la totalité des assurances pour animaux de compagnie prévoient une franchise de 30% de vos frais quand vous ne choisissez pas l’option la plus chère, et surtout un plafond de remboursements annuels, quel que soit le montant de vos primes. Les différents types de contrats que j’ai pu consulter annoncent  ainsi un plafond de 1500 euro... Il ya aussi des plafonds par
Quand on sait qu’en moyenne, les frais de vétérinaires ont augmenté de 70% en dix ans, on se dit que l’on a totalement intérêt à signer un contrat de mutuelle mais si vous calculez bien, vous êtes toujours perdant... C’est un peu comme la Loterie Nationale ou le Loto, l’Etat engrange des milliards et un gagnant prend parfois le gros lot.    

Conclusion ? Simple. En fait, le système est prévu pour que vous perdiez de l’argent, puisque les assureurs en gagnent ! On ajoute encore que bien des contrats ont un délai de carence, vous allez payer pendant des mois, et sur ces premiers mois, voire sur une année pour un décès, votre chat n’aura ni le droit d’avoir mal ni
Dès lors, si l’on fait le calcul des probabilités et de la rentabilité on dira non.
En revanche, si l’on ajoute une seule petite lettre, un « r », on passe du mot « assuré » au mot « rassuré ». Etre rassuré dans une société qui fait tout pour faire peur, que ce soit sur la route, dans les sociétés, chez les médecins, et j’oublie diplomatiquement beaucoup de gens qui profitent de la peur, bref être rassuré au moins en ce qui concerne la qualité des soins de son chat, ça vaut
Peu de gens ont fait ce choix en France, entre deux et cinq pour cent des propriétaires de chats. On sait aussi que dans ce pays, il est très conseillé d’avoir une mutuelle pour soi-même, mais que dès que l’on dépense un peu d’argent pour se faire soigner correctement, la mutuelle n’est pas là... Ce qui, probablement, retient bien des propriétaires de chats qui ont été échaudés sur cette histoire d’assurance.
On sait aussi que pour les gens, se soigner coûte tellement cher que beaucoup s’en privent y compris sur des soins essentiels, les dents, la vue etc... Une habitude qui a forcément déclenché des réflexes anti-blouses blanches, même lorsque cela concerne
En Suède ou en Angleterre, 20% des animaux de compagnie sont assurés. Ce sont aussi des pays où la méfiance n’est pas la règle numéro un quand il faut mettre la main au lazingue. Et oui, en France, on se fait avoir sur beaucoup de choses, mais quand on ne le sait pas. Les impôts supposés inodores et incolores comme la TVA, les taxes sur l’essence, les impôts locaux, on râle mais on se laisse faire, de toute façon, pas le choix. Alors quand on a le choix d’ouvrir ou de ne pas ouvrir le porte-monnaie, on le ferme. On se rattrape en ouvrant sa gueule, ça au moins, en théorie, c’est gratoche ! 

 

Si vous aimez cette page et souhaitez recevoir les meilleures de nos dernières actualités directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. 

les dernières mises en ligne