micetto responsive
nos actualités

Des chats pour la culture bio.

13/12/2017
Des chats pour la culture bio.

Comment neutraliser l’invasion des rongeurs sur les récoltes quand on fait de la culture bio ?
Un cultivateur de la Somme, aux Hardines, ancien ingénieur informaticien, a appliqué une solution ancestrale mais apparemment efficace.
Jean-Pierre Demailly exploite 15 000 m2 de terres très fertiles. Il vend ses produits directement au consommateur. Tout irait pour le mieux si les rongeurs ne lui empoisonnaient pas la vie.
Le cultivateur explique au Figaro : “J’ai essayé des solutions mécaniques comme la pose de pièges ou de petites cages mais sans grand succès”.
Les dégâts causés par ces indésirables sur les 35 variétés de légumes cultivés, sont un véritable désastre.
Sur les conseils d’un de ses clients, J. P. Damailly a contacté le refuge pour chats à proximité, Saint-Quentin Félin. L’Association lui a confié cinq chats trop sauvages pour être adoptés par une famille mais, en bonne santé, stérilisés et vaccinés, en un mot prêts pour la chasse. Les nouvelles recrues se révèlent efficaces. Même si le cultivateur les voient très peu car ils sont farouches, ils agissent en bon protecteurs des cultures. J.P. Demailly retrouve des restes de souris, rats, mulots ou taupes occis par son armée de félins.
Bien sur, les chats sont prédateurs  et parfois, ils se trompent de cible. C’est ainsi qu’une canette a été tuée mais c’est la dure loi de la Nature.
Même si ce sont des prédateurs, les chats font moins de mal que le glyphosate.
En plus ils sont heureux, bien traités, libres. Ils jouissent d’un abri qui les protège du vent et de la pluie et ils reçoivent de la nourriture en plus de leur chasse. Bref, le confort allié à la liberté.
Ce n’est pas la première fois que les chats sont associés à l’homme pour lutter contre les rongeurs. Disneyland a embauché plus de 200 de ces “spécialistes de la dératisation” à Los Angeles.
D’autres exercent leur talent au musée de l’Hermitage à Saint-Petersburg et dans des gares ou des ministères en Angleterre.

Déjà, il y a plus de 5000 ans, les chats côtoyaient les humains en Chine. On a retrouvé des ossements de chats dans un village, site archéologique, Quanhucum, prouvant que la cohabitation avec les humains existait déjà.   

 

  Enfin n'oubliez pas qu'aimer notre page Facebook est un moyen de développer la notoriété de Micetto et par là, la possibilité de pouvoir contacter plus de monde  et cela est bien utile lorsqu'il s'agit par exemple de faire adopter des chatons. En effet plus il y a de "j'aime" sur une page Facebook plus les annonces et messages de cette page sont diffusés à un grand nombre de personnes. Pour résumer l'importance de la diffusion sur facebook est liée au nombre de "j' aime" de la page. Dernier point rappelons que Micetto n'a aucune vocation commerciale et que sa seule raison d'être est la protection et l'amour des chats.

 

Si vous aimez cette page et que vous souhaitez recevoir nos dernières actualités ou nos plus belles histoires de chat directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. Plus nous aurons d'inscrits, plus notre voix pourra se faire entendre et mieux nous pourrons défendre nos amis les chats   

 

les dernières mises en ligne