micetto responsive
nos histoires

C’est un jardin extraordinaire.

11/08/2017
C’est un jardin extraordinaire.

Notre jardin est extraordinaire, mais pas comme celui de la chanson de Charles Trenet. Nous n’avons pas de canards qui remuent leur derrière en disant « thank you very much » parce que personne n’y parle l’anglais. Ce n’est donc pas un jardin à l’anglaise, genre cottage avec ses mixed-borders, ni un jardin exotique plein d’essences rares, d’espaliers subtils, même s’il y a plusieurs palmiers. Ce n’est même pas un potager extraordinaire avec des tomates géantes, des asperges qui font des boucles, des pommes de terre en forme de coeur, des courges aux contorsions étranges.
C’est plutôt un jardin zoologique : lézards, crapauds, escargots, couleuvres, musaraignes, rats, écureuils, hérisson, lapin de garenne, chauve-souris...des insectes à profusion dont je vous fais grâce de la liste puisqu’il en existe 2 millions de sortes, certes pas tous dans notre enclos.
Dans les airs les volatiles changent selon les saisons : la buse variable, la fauvette , le pinson, le bouvreuil, l’hirondelle rustica…
Ah ! J’oubliais, il y a nos chats, le jardin extraordinaire est à eux, c’est leur garde-manger, bien que nous complétons avec des croquettes pour nous donner l’impression d’être indispensables.
Et puis l’éternité n’étant pas de ce monde, dans notre jardin, il y a les tombes de nos chats morts.
Je dis « morts », parce que ce n’est pas la peine de tourner autour du pot, de chercher des euphémismes. Ils sont morts et nous avons eu du chagrin, des serrements de coeur, nous étions en deuil.
Achille a été enterré près des hortensias, Ribouillon et Niqab non loin du chèvrefeuille. Les choses ont été faites selon les « règles réglementaires ». Nous avons toujours de la chaux pour la maçonnerie. Nous n’avons pas suivi de rituels, des funérailles civiles silencieuses, en quelque sorte. Chaque fois, nous en avons peu parlé, parce que c’est de l’intime, comme sentiment. Et puis il y a, à l’infini, le questionnement philosophique de hiérarchie entre la perte des animaux genre homo sapiens et les autres.
Alors à quoi bon !
Nous sommes apaisés de savoir qu’ils sont là dans leur jardin extraordinaire, juste une pierre blanche et nue, bien taillée qui marque l’emplacement.
Dans nos têtes, des repères mnémotechniques pour se souvenir du jour de leur mort. Le 22 avril, Ste Zita pour Achille, le 29 novembre, St Saturnin pour Ribouillon, le 12 septembre, St Appolinaire pour Niqab. L’indice de l’année s’estompant doucement.
En pensant à eux, me revient en mémoire le très beau texte sensible de Jean Grenier dans son ouvrage « Les îles ». Il y parle de son chat « Mouloud ».
Il est à Alger avec sa mère. Ils doivent partir, ils ne peuvent emmener Mouloud. Ils cherchent toutes les ressources possibles pour lui trouver un nouveau logis mais le chat est vieux et déjà pas mal estropié, il a beaucoup d’ennemis dans l’entourage. Ni lui ni sa mère ne peuvent l’abandonner, alors l’ultime solution est de le faire piquer. La veille de leur départ, un vieux vétérinaire se charge de la besogne. Jean Grenier, le professeur qui a enseigné la philo à Albert Camus, nous raconte sobrement ce moment :

« Il fallait l’enterrer. Sans doute le vétérinaire n’avait-il offert de se charger de lui que pour vendre sa peau, bien que celle d’un chat domestique ne valût, d’après les derniers cours, que trois francs. Ma mère pensait l’enterrer dans une caisse en bois, mais je l’avais déjà couché dans une boîte en carton des Galeries Lafayette. « C’est mieux, dit ma tante, le corps se décomposera plus vite. ». Et je creusai un trou dans un coin du jardin, au pied du grand laurier où personne sûrement ne s’aviserait d’aller le déranger."

Le voilà couché dans un jardin qu’il a aimé, où il était chez lui, plus heureux que les chats de Paris enterrés dans cette île qui avoisine Suresnes, heureux surtout que les hommes entassés dans ces nécropoles qui serrent le coeur, heureux comme les riches Romains enterrés dans leur propriété de campagne le long de la voie Appienne. Il était là, couvert dès le soir même de feuilles mortes qui tombaient. Pour moi, je me hâtais de monter dans ma chambre : nous partions le lendemain et nos préparatifs n’étaient pas terminés. »

Brigitte Follys, août 2017

 

Nota : Jean Grenier 1898-1971, philosophe et écrivain, dont professeur au lycée d’ Alger de 1930 à 1938. Albert Camus fut son élève. Il lui dédie « L’Homme révolté ».

 

 Enfin n'oubliez pas qu'aimer notre page Facebook est un moyen de développer la notoriété de Micetto et par là, la possibilité de pouvoir contacter plus de monde  et cela est bien utile lorsqu'il s'agit par exemple de faire adopter des chatons. En effet plus il y a de "j'aime" sur une page Facebook plus les annonces et messages de cette page sont diffusés à un grand nombre de personnes. Pour résumer l'importance de la diffusion sur facebook est liée au nombre de "j' aime" de la page. Dernier point rappelons que Micetto n'a aucune vocation commerciale et que sa seule raison d'être est la protection des chats.

Si vous aimez cette page et que vous souhaitez recevoir nos dernières actualités ou nos plus belles histoires de chat directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. Plus nous aurons d'inscrits, plus notre voix pourra se faire entendre et mieux nous pourrons défendre nos amis les chats  

les dernières mises en ligne