micetto responsive
nos histoires

Brassens, un grand artiste et un grand ami des chats

14/10/2014
Brassens, un grand artiste et un grand ami des chats

“Les chats, je les adore”, disait Georges Brassens.
On a gardé de lui l’image le représentant avec ses symboles, la moustache, la guitare, la pipe et...les chats. S’il est sur toutes les photos avec sa guitare, il a aussi très souvent un chat dans les bras.
Pour lui, tous les chats s’appelaient “le Chat”. Il n’avait pas besoin de leur donner un nom car il ne les appelait pas, il attendait simplement qu’ils s’approchent, s’ils le voulaient bien, sinon tant pis ! Il respectait leur liberté.
Né le 21 octobre 1921, à Sète, dans une famille modeste, il grandit dans une ambiance heureuse. Son père, Louis Brassens, aussi anti-clérical que sa mère, Elvira Dagrosa était pieuse, était entrepreneur et maçon. Ils élevaient une petite fille, Simone, née d’un premier mariage d’Elvira.
La musique tenait une place importante dans ce foyer. Elvira, Italienne de Naples initiait le petit Georges aux chansons traditionnelles et elle lui apprit à jouer de la mandoline.
Très tôt Georges fut passionné par la poésie.
En février 1940, il rejoint Paris et habita chez sa tante. Envoyé en Allemagne pour le STO, il y rencontra le chanteur, Pierre Onteniente dont il devint le secrétaire.
En mars 19444, il se réfugia à Paris chez Jeanne et Marcel Planche et c’est là qu’entouré de leurs chats en grand nombre, il écrit plusieurs de ses chansons qui deviendront célèbres.
C’est vers les années 50 que Georges Brassens connut la gloire. Ses chansons furent sur les lèvres de tous les français, ses textes même enseignés dans les écoles.
Les chats sont très souvent évoqués dans les chansons de Brassens, de la Brave Margot à Putain de toi en passant par le Testament et Don Juan. 


 La brave Margot

"Margoton la jeune bergère
Trouvant dans l´herbe un petit chat
Qui venait de perdre sa mère
L´adopta
Elle entrouvre sa collerette
Et le couche contre son sein
C´était tout c´quelle avait pauvrette
Comme coussin
Le chat la prenant pour sa mère
Se mit à têter tout de go
Emue, Margot le laissa faire
Brave Margot
Un croquant passant à la ronde
Trouvant le tableau peu commun
S´en alla le dire à tout l´monde
Et le lendemain"

Le refrain de la chanson fit scandale dans les chaumières :

"Quand Margot dégrafait son corsage
Pour donner la gougoutte à son chat
Tous les gars, tous les gars du village
Etaient là, la la la la la la
Etaient là, la la la la la
Et Margot qu´était simple et très sage
Présumait qu´c´était pour voir son chat
Qu´tous les gars, tous les gars du village
Etaient là, la la la la la la
Etaient là, la la la la la"


Le testament

"Qu'il boiv' mon vin, qu'il aim' ma femme,
Qu'il fum' ma pipe et mon tabac,
Mais que jamais - mort de mon âme! -
Jamais il ne fouette mes chats...
Quoique je n'ai' pas un atome,
Une ombre de méchanceté,
S'il fouett' mes chats, y'a un fantôme
Qui viendra le persécuter.
S'il fouett' mes chats, y'a un fantôme
Qui viendra le persécuter."

 

Dans Putain de toi, le chat représente la femme.

“En ce temps-là, je vivais dans la lune
Les bonheurs d’ici-bas m’étaient tous défendus
Je semais des violettes et chantais pour des prunes
Et tendais la patte aux chats perdus
Ah ah ah ah, putain de toi
Ah ah ah ah, pauvre de moi
Un soir de pluie, v’là qu’on gratte à ma porte
Je m’empresse d’ouvrir, sans doute un nouveau chat
Nom de Dieu l’beau félin que l’orage m’apporte
C’était toi...”

La femme ressemble à une chatte et l’auteur ressent une grande attirance mais le femme est fourbe et le déçoit. L’auteur la rejette pour se réfugier avec ses chats.

“C’était fini, t’avais passé les bornes
Et, r’nonçant aux amours frivoles d’ici-bas
J’suis r’monté dans la lune en emportant mes cornes
Mes chansons, et mes fleurs et mes chats”.

 

 Il exprime son attachement à la gente féline dans Don Juan :

 

Gloire à qui freine à mort de peur d'écrabouiller
Le hérisson perdu, le crapaud fourvoyé !
Et gloire à don Juan, d'avoir un jour souri
A celle à qui les autres n'attachaient aucun prix !
Cette fille est trop vilaine, il me la faut.
Gloire au flic qui barrait le passage aux autos
Pour laisser traverser les chats de Léautaud ! (1)

(1) Léautaud choyait pas moins de 300 chats.

 

Bien qu’il considéra l’homme comme supérieur aux animaux, Brassens vouait une grande affection aux petits félins. Il aimait leur indépendance, observait leur façon de vivre, les photographiait.
Ayant toujours vécu avec des chats, il s’accommoda très bien de la multitude de chats dans laquelle vivait le couple Jeanne et Marcel Planche. Il y en avait tant qu’il devait les compter chaque soir et les listait sur le mur de sa chambre en n’oubliant pas la date de leur naissance et de leur mort. Georges Brassens s’éteignit le 29 octobre 1981. ce jour-là, les chats perdirent un grand ami et nous un grand artiste.

Vidéo de Georges Brassens chantant la brave margot

En savoir plus sur l'oeuvre et la vie de Georges Brassens

les dernières mises en ligne