micetto responsive
nos histoires

Les chats et la Mozzarella sont cousins…

03/09/2013
 Les chats et la Mozzarella sont cousins…

Lecteur, le sang italien de l’auteur exige que bien entendu, dans la chronique ci-dessous, il ne soit question que de vraie Mozzarella, celle de lait de bufflonne….
Bon, le chat. C’est en Egypte que l’animal est domestiqué en premier, il est arrivé plus ou moins sauvage du croissant fertile mais c’est en Egypte qu’il devient animal de compagnie, très utile pour protéger les grains près de ce Nil dont le limon apporte la fertilité des sols mais véhicule aussi les rats ! L’histoire commence donc en Egypte, c’est plus ou moins là que l’histoire de notre monde méditerranéen est née, normal que celle des chats démarre là aussi. Je dis plus ou moins car les tumulus de Gavrinis, dans le golfe du Morbihan, sont antérieurs de mille ans aux pyramides mais bon on va me dire que je suis obsédé par les Celtes, ce qui est totalement assumé…
Mais les chats, c’est en Egypte et ils y sont même des demi-dieux.
On est trois mille ans avant JC.
Arrivent les Grecs (trois cents ans avant JC) et la dynastie des Ptolémée, un général d’Alexandre le Grand.
Grecs qui n’ont alors pour protéger leurs grains des rats que des belettes, des fouines et des furets, ce qui est sûrement efficace mais manque singulièrement de chic ! Pour des gens qui ont inventé l’élégance, ça la fout mal car, en plus, ça pue sévère !
Les Egyptiens ne veulent pas leur donner leurs chats, les Hellènes les fauchent, faut quand même savoir qui est le tôlier ! « Eh les Egyptiens, vous avez peut-être fabriqué des pyramides qui vont impressionner Napoléon mais nous vos tas de pierres on s’en fout, côté temples on a beaucoup plus joli, plus élancé et pour tout dire plus élégant en fait, ce qu’on veut c’est vos greffiers ».
Hop, les chats arrivent en Grèce. Comme ils sont difficiles à faucher, à Athènes, avoir son chat est une sorte de luxe. 
Puis, En Egypte, arrivent les romains. (47 ans avant JC). César tombe amoureux du pays et de sa patronne, Cléopâtre, avec qui il aura un fils Césarion. La très tigresse pharaonne est grecque, de la lignée des Ptolémée. 
C’est assez incroyable mais les trois grandes civilisations de notre monde d’alors se retrouvent au même endroit…
Bon, les civilisations en question couchaillent un peu, la belle Cléopâtre choisit donc d’abord César pour agrémenter ses nuits torrides, mauvais plan, elle est d’ailleurs à Rome quand son jules (ouaf !) est assassiné.
Deuxième mauvais plan, elle s’entiche de Marc Antoine qui prendra fanny à la bataille d’Actium, contre Octave, qui deviendra plus tard empereur sous le nom d’Auguste.  Marc Antoine est désespéré, il se perce de son glaive, Cléo se suicide aussi, se faisant mordre par un serpent.
Bref, la période est un peu mouvementée, les histoires d’amour finissent mal en général chantaient les Rita Mitsouko.
Ce que les Romains ont d’abord récolté en Egypte, c’est donc des sacrées vestes amoureuses !
Mais… Ils vont aussi découvrir les chats. Et ces mecs fait pour conquérir le Mare Nostrum, le monde de l’époque, tombent aussi amoureux de ces petites bêtes adorables qui en plus bouffent les rats…
Du coup, les légionnaires les emmènent avec eux, surtout pendant les traversées en bateau. Parce qu’à bord des trières, si les galériens n’ont plus rien à bouffer, on s’arrête là !
Et la ville éternelle reçoit ses premiers chats. Dans la haute, à Rome, au contraire des Grecs, on méprise un peu l’animal comme on méprise tous les dieux égyptiens à tête de vache, de faucon, bref toutes leurs dévotions sont ridicules auprès de ces romains assez carrés dans leurs convictions, leurs tracés de villes, leurs lois, bref pas rêveurs pour deux sesterces.
En revanche, le peuple les adore, d’abord parce qu’ils protègent leurs réserves de grains et aussi parce que Rome est une ville ultra violente et qu’un petit machin plein de poils qui ronronne au milieu d’un monde de brutes, ça fait du bien.

Bon, mais la mozzarella dans tout ça ?
Les Romains ont aussi rapporté des buffles d’Egypte. Dont on s’est vite demandé ce qu’on allait en faire, alors comme ils aimaient les zone humides, ça tombait bien, au sud de Rome, le marais Pontin, zone à l’époque totalement insalubre, leur a été laissé… Ils vont donc, étant peinards, y pulluler et un jour, les rares paysans du coin qui ont survécu à la malaria et qui sont d’une pauvreté absolue vont se dire que peut-être, les femelles ont du lait… La bufflonne est venue d’Egypte, comme le chat. Aussi utile, moins domesticable il est vrai mais quand je vois bubuffle qui dort dans l’eau, avec juste les naseaux qui dépassent, bonheur total, j’ai vu ça aussi au Vietnam, cela me rappelle incroyablement le bien être du chat qui dort peinard… Des caresses et de la mozzarella (dans les marais Pontins la vraie est vendue en boules d’un kilo) vous voyez mieux comme paradis ? Moi non…

les dernières mises en ligne