micetto responsive
nos histoires

Le monde de Lilian Jackson Braun

05/09/2013
Le monde de Lilian Jackson Braun

Avec Jim Qwilleran, dit Qwill,  journaliste spécialisé en criminalité, détective à ses moments perdus et maitre de deux chats siamois, Kao K’o Kung (dit Koko) et Yom Yom, nous entrons dans le monde mystérieux de l’écrivaine, Lilian Jackson Braun. (1913-2011)

Un monde bien particulier, situé en province américaine, dans un comté imaginaire, le Comté de Moose, à 600 km "au Nord du partout".

Lilian J. Braun a commencé la série des chats détectives en 1966 et par la suite écrira une trentaine de livres tous passionnants.

Les héros de la série “Le chat qui...”, Jim Qwilleran et ses deux chats siamois vivent à Pickax City, la Capitale du Comté, dans une grange à pommes retapée et aménagée.

Les chats sont exceptionnels, dotés d’une intelligence hors du commun et de dons particuliers de prémonition. Ce sont de fins limiers qui savent quand le téléphone va sonner, connaissent l’heure sans regarder la pendule, miaulent lorsqu’un meurtre va être commis.

“Soudain,... le corps de Yom Yom se raidit, ses pattes se contractèrent. Au même instant, Koko ouvrit les yeux tout grands et ses oreilles pointèrent en direction du téléphone. Dix secondes plus tard, celui-ci se mit à carillonner.”

Ils savent qui est au bout du fil lorsque Qwill téléphone. Si Qwill est absent et que le téléphone sonne, Koko reste à côté de l’appareil pour prévenir son maitre que quelqu’un a essayé de le joindre. Les chats font des remontrances à Jim Qwilleran quand il rentre tard et qu’il leur a fait sauter un repas : “Yom Yom lui adressa un regard de reproche et Koko ne mâcha pas ses mots. Les yeux brillants, la queue dressée, les pattes raides, il prononça une seule syllabe d’une grande intensité “Yao!” qui voulait dire :”Où es-tu allé ? les lampes sont restées allumées toute la nuit, tu ne nous a pas donné à manger, la fenêtre est ouverte.””.(extraits du livre “Le chat qui parlait aux fantômes”).

Koko flaire le crime lorsqu’une mort est découverte. Il a un don pour trouver le criminel et, comme il n’a pas la parole, il s’arrange pour mettre son maitre sur la piste par un comportement étrange, comme de jeter des peaux de bananes ou encore de faire tomber d’une bibliothèque un livre dont le titre est révélateur sur la personnalité du meurtrier.

Lilian J. Braun retrace avec véracité la vie provinciale du Nord des Etats-Unis, avec ses manifestations, ses fêtes (Halloween), ses croyances et superstitions. On peut constater en lisant ses livres que Lilian J. Braun connaissait bien les chats. Elle décrit à merveille leurs réactions, leurs attitudes, leurs manies... Koko et Yom Yom ont réellement existé. Le premier siamois de l’auteure, Koko a malheureusement eu un accident et s’est tué en tombant du 10ème étage au grand désespoir de sa maitresse. Puis elle eut d’autres siamois du nom de Koko II et Yom Yom. Les noms sont inspirés de l’opérette de Gilbert et Sullivan, Mikado. Les deux chats siamois tiennent une place importante dans le récit de Lilian J. Braun et apporte une note d’humour à ses romans.