micetto responsive
nos histoires

Chat bilingue ....

21/08/2013
Chat bilingue ....

C’est une histoire de chat  que m’a racontée un de mes amis Quebecois, un soir de fête ultra-sauvage à Montréal, une ville incroyable en fait, nous avions remarqué d’ailleurs que quand on demande l’heure à une jeune fille au bar, elle vous demande d’où vous venez avec votre joli accent français alors qu’à Paris, dans la même situation, c’est la taloche assurée. Bref, pas farouches les Quebecoises et les soirées sont toujours pleines de surprises.
Donc l’histoire… venant après quelques verres et plein d’autres histoires où il est de bon ton de moquer l’anglais, même si Montréal est officiellement bilingue. On y va.
Un Français qui vient d’arriver au Québec loue un appartement.
En s’installant dans les lieux, il constate qu’il y a des souris partout. Et bien entendu, on est quand même dans un endroit qui a tous les avantages de l’Amérique, sans en avoir l’inconvénient majeur, à savoir les Américains, notre Français (Maudzi français dans l’histoire en langue locale) s’étonne auprès de son logeur… Ici, on m’avait dit que tout était parfait etc…
Réponse du propriétaire : « Astheur j’vas t’amancher ça »  
Et le logeur vient avec son chat, qui s’appelle forcément « tabarnac »…
Le greffier fait un massacre de souris, Azincourt, à côté, c’est de la gnognote… Mais il y en a une qui échappe au souricide. Planquée au fond de son trou, elle ne bouge pas, même quand le locataire français met un bout de fromage devant le refuge…
Le « Maudzi français » rappelle le proprio de l’appartement.
Qui rapplique, met le chat face au trou de souris, et ordonne au greffier d’aboyer, comme un chien. 

Ce que fait gros minou immédiatement, la souris, qui est quand même conne comme une souris, fût-elle résistante, se dit « Ah bon, si c’est rien qu’un maudzi tchien, ch’peu sortir passque j’ai ben d’la misaîîîîîre  à rester icite sans rien claper »…
Et elle sort, et le chat la massacre dans la foulée…
Réaction étonnée du locataire français… Votre chat peut miauler ET aboyer ?
Réponse : "Ici au Québec, pour réussir, il faut savoir parler deux langues."
Bon, elle est con cette histoire mais si vous connaissez le Québec, et son délicieux accent, elle vous fera, comme moi, mourir de rire. Si vous ne connaissez pas, c’est à faire d’urgence. 

les dernières mises en ligne