micetto responsive
nos histoires

« Le chat récidiviste » des (nouvelles) Lettres Persanes

28/06/2015
« Le chat récidiviste » des (nouvelles) Lettres Persanes

C’est l’histoire d’un chat féroce et puissant, qui est gouverneur de la province de Kermân, au sud de l’Iran. C’est un conte, le genre d’histoire dont raffolent les civilisations orientales, publié par les  Lettres Persanes, maison d’édition très moderne qui veut permettre aux écrivains iraniens, évidemment proscrits par les ayatollahs, de poursuivre une longue tradition littéraire aujourd’hui interdite. Etonnant si l’on se souvient que Montesquieu avait écrit les Lettres Persanes, parce que les auteurs des lettres échangées étaient imaginaires (Uzbek et Rica), ce qui le protégeait donc lui, l’auteur du livre (publié quand même à Amsterdam en 1721, six ans après la mort de Louis XIV)  qui voulait éviter une condamnation pour propos séditieux, anticléricaux ou comme on dirait aujourd’hui antisystème... Comme les lettres s’échangeaient entre Perses, rien ne visait les autorités françaises !
Le monde est un éternel recommencement, pas toujours dans le même sens...
Le Perse est l’ancêtre des Iraniens, avec une civilisation magnifique, une langue, une culture totalement différente de l’arabe, une littérature connue des initiés du monde entier, où la poésie et la philosophie sont intimement liées. 

Voici donc l’histoire du chat récidiviste.
Il est d’une cruauté totale avec les souris,  puis il fait pénitence (le cas s’est produit à de nombreuses reprises dans notre « doux » royaume de France...), les souris naïves et candides le croient vraiment repenti et repentant, on eût dit au Moyen âge, devenu dévot.
Elles se croient donc libres, ressortent en pleine lumière, ne tirent jamais aucune leçon du passé et se font évidemment massacrer à nouveau... Ce conte moderne de Obeid Zakani évoque évidemment la ruse et la puissance des dominants, la défaite évidente des opprimés, toutes choses que l’on constate dans toutes les soi-disant « civilisations » d’aujourd’hui et pas seulement en Iran, mais la forme du conte est une jolie façon de protester dans un monde où seule la force et la violence triomphent.  

Le chat symbole de l’histoire universelle, pas mal vu !

 Si vous aimez cette page et que vous souhaitez recevoir nos meilleurs conseils, nos dernières actualités et vidéos, nos plus belles histoires de chat directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. Plus nous aurons d'inscrits, plus notre voix pourra se faire entendre et mieux nous pourrons défendre nos amis les chats.

 

les dernières mises en ligne