micetto responsive
nos vidéos

Rira bien qui rira le dernier. Le pigeon n’est pas forcément celui qu’on croit.

04/12/2014
Rira bien qui rira le dernier. Le pigeon n’est pas forcément celui qu’on croit.

“Etre le bon pigeon” est une expression qui remonte au XVème siècle où le pigeon voyageur était le messager des hommes. Traversant les continents, il apportait la bonne nouvelle de la victoire ou autre information vitale et attendue de pied ferme. Mais l’homme a trahi ce fidèle messager en le livrant aux faucons, ses pires ennemis. D’où l’expression “Etre le bon pigeon” désignant la personne un peu naïve, trop bonne et trompée par un monde cruel et perverti.
Dans notre histoire, le chat, chasseur atavique, voyant un pigeon, proie facile et très bonne à croquer, marche en rampant, sur une corniche, comme le ferait un tigre dans la jungle.
Le prédateur traque sa proie sans bruit, quel bon repas il va faire ! Mais un sixième sens avertit le pigeon du danger et (est-ce une ruse ou un hasard ?) ce dernier s’envole pour se poser juste derrière le greffier. Celui-ci est bien embarrassé ! La corniche est trop étroite pour faire demi-tour sans risquer de tomber. Le matou est contraint de marcher à reculons ce qui n’est pas la meilleure position pour attraper sa proie ! Lorsqu’il arrivera enfin à se retourner et sauter vers sa proie, le rusé pigeon sera loin. Trop tard, il s’est échappé. Adieu veaux, vaches, cochons... 

les dernières mises en ligne