micetto responsive
nos actualités

Chat, c’est bon pour le moral et même bien au-delà !

Le chat le meilleur des docteurs !

Chat contre Freud 1/0… Pour deux raisons : d’abord la thérapie du ronron marche beaucoup plus facilement, beaucoup plus rapidement et pour tout dire beaucoup mieux qu’une psychothérapie. Ensuite même si un chat a un coût, bouffe, vaccins, vétérinaires etc… à côté du tarif « Everestien » des psys, c’est peanuts.  Et encore  je ne parle pas des stars de la psy, là, pour ces prix là, tu peux t’offrir des chats de race, ce qui ne sert à rien d’autre que claquer du blé, comme les psys stars d’ailleurs. Mais au moins, tu as un chat… cela dit, à Micetto, on est chats de gouttière à mort, infiniment plus marrants, plus résistants, plus intelligents, plus vivants…  

Bon, il est probable qu’un chat n’apporte pas le bonheur en soi, je sais que je suis en train de me faire siffler de partout, mais si c’est bonheur de jouer avec lui, ou de deviser, ou d’essayer de se deviner dans les yeux, c’est pas le bonheur qui fait que t’as l’air d’un con dans la rue, genre le coup de foudre, l’amour fou, la plénitude, les trucs dont tu reviens d’ailleurs assez vite pour finir chez le psy, c’est là que le chat peut intervenir ... En cas de rupture de bonheur. Mais il peut faire beaucoup mieux que ça.  

Sur un plan strictement médical, on sait que la douleur, la peur, la tristesse, le blues, le stress, l’anxiété, l’insomnie et autres cochonneries sont à la base une réaction chimique à une agression extérieure, l’adrénaline entre autres et les hormones corticoïdes, que la médecine traite avec des contre-chimies que l’on appelle médicaments. Qui ont un coût, en particulier pour la sécurité sociale, et souvent des conséquences appelées effets secondaires parfois dévastateurs. Le ronron du chat déclenche une contre-chimie naturelle chez l’homme, l’endorphine par exemple qui attaque les infections, c’est gratoche, et ça n’a pas d’effets secondaires… Car il ronronne non seulement du larynx mais aussi en résonnance dans la cage thoracique et l’un des trucs basiques du yoga est la relaxation des muscles du thorax et du ventre. Bref, votre chat calme tout. Et du coup, si le ronron du chat soigne des tas de trucs d’ordre « psy », il a également une influence importante sur l’hypertension artérielle, voire les infarctus du myocarde, qui doivent tuer presque autant que le cancer…

Qui plus est, on a découvert que le ronron a une basse fréquence très intéressante pour l’homme, de vingt-cinq à cinquante hertz. On sait que certaines affections, musculaires ou osseuses sont traitées chez les kinés et les médecins du sport par des vibrations de cet ordre de fréquence ! Chez les musiciens, c'est la fréquence des basses qui conditionne une grande partie de la plénitude d’un thème musical… 

Par exemple, il y a un gros bout de temps, le slow qui permettait de « pécho » d’entrée, était une voix allemande très grave, celle de Camillo Felgen, qui chantait Sag Warum, les ondes positives allaient à la vitesse de l’éclair… 

Bon, on ne va pas vous faire un cours de sciences, si les détails vous intéressent, sachez que le vétérinaire français Jean Yves Gaucher a beaucoup écrit sur le sujet. 

Mais alors, arrive la question qui tue : le chat souffre t’il à notre place, prend-il à sa charge nos douleurs psy ou autres qui se calment naturellement à l’écoute de ses ronrons ? 

Négatif… il fait ça pour être bien LUI, il peut repérer que l’on est dans le gaz, on émet des odeurs très reconnaissables dans les situations de souffrance, mais il s’en fout, ce qu’il recherche dans le ronron, c’est sa plénitude à lui. 

Et cela dure du plus jeune âge de chaton à celui des plus vieux greffiers. Il utilise le ronron pour être bien mais aussi en cas de pépin, s’il souffre lui-même, de maladies ou de fractures. A l’inverse, s’il se fout royalement de vous voir vous tordre de douleur parce que vous vous êtes cogné le petit doigt de pied dans le montant de la table de nuit, ou parce que la femme idéale que vous avez mis vingt ans à trouver ne vous a même pas dit bonjour, s’il peut même manifester une certaine impatience parce que le temps de hurler votre détresse au monde entier, lui n’a pas sa bouffe et en plus vos singeries l’empêchent de pioncer, il est en revanche très partageur de ronron, il n’a pas d’écran anti bruit ou anti vibrations… Alors profitez en, dites merde à votre psy, aux labos qui gagnent des milliards sur le dos de la sécu, à l’attente chez le spécialiste si vous êtes plein aux as ou aux urgences de l’hosto si vous êtes fauché et mettez vous en symbiose avec ronron…  C’est du temps et de l’argent gagnés, et c’est un joli moment de partage… Quant au bonheur, c’est une autre histoire, mais si vous comptez sur les autres pour ça, vous êtes très mal barrés dans la vie ! 

 

Lire également à ce sujet :

La Ronron Thérapie par Véronique Aïache

Notre ami le chat pourrait peut être sauver la sécurité sociale

Le chat est un super pédiatre !

Une vidéo enquête sur les bienfaits du ronronnement du chat

De cette vidéo sur le ronron des chats et la ronron thérapie il apparait manifestement à travers les interviews présentés que le chat aurait réellement un effet thérapeutique bienfaisant et indéniable sur ses maitres et ce tant au niveau : du stress, de l'hypertension, de troubles cardio vasculaires....

 

Les conseils du vétérinaire français Jean Yves Gaucher