micetto responsive
nos conseils

Acheter un chat de race, ne pas se tromper, ne pas se faire tromper…

29/11/2013
Acheter un chat de race, ne pas se tromper, ne pas se faire tromper…

Vous avez parfaitement le droit d’avoir envie d’un Chartreux, d’un Maine Coon, d’un Bengal ou autre Sphynx, d’une part le luxe est une tradition française et d’autre part il est vrai que certains de ces chats de race ont une beauté mystérieuse. Et puis il y a des tas de domaines où il est très naturel d’aimer le style racé, pourquoi pas chez les chats ? Ainsi y a t-il dans l’automobile des inconditionnels des formes épurées de la DS 21, de la Ferrari GTO, de la Corvette Sting Ray… Dans chaque port un peu chic du sud, on verra fleurir les Riva, signe de bon goût et d’aisance financière… Dans la mode, bien des femmes ne s’imaginent en soirée qu’en Dior ou en Chanel (et du No 5 la nuit pour tout vêtement, comme une célèbre comédienne) et aussi  des hommes qui ne connaissent que Savile Row quand il faut s’habiller… 

Or dès qu’il y a des passions pour des objets d’art, il y a de grosses précautions à prendre, on sait par exemple que certains tableaux de maitre ont donné lieu à des bagarres d’experts durant des années, ou encore dans les vins, domaine ultra-expertisé, tel escroc indonésien a réussi à fabriquer des milliers de bouteilles de Bourgogne très grand cru qu’il a vendues plus de 10 000 € la bouteille, ce qui prouve juste que les amateurs de vin peuvent être des gogos…  

Alors si les experts en Van Gogh ou en Romanée-Conti peuvent être trompés, qu’en est-il des chats ? 

Sachant que selon l’espèce voulue, il faudra sortir entre 1000 et 3000 €, il est évident que ça peut tenter du monde et pas seulement du beau monde… 

Il sera difficile de vendre un gouttière comme un Bengal, même en le maquillant. En revanche, à force de faire reproduire ces chats à l’infini pour cause de rentabilité, on finit par avoir des chatons invendables. Et c’est là que le gogo arrive… je peux en parler comme témoin, j’ai acheté un seul animal de race dans ma vie, un Labrador, « Brecht », qui est resté quand même un de mes très grands souvenirs, animal magnifique et adorable, que le véto, après expertise a déclaré monorchide, ce qui veut dire qu’il n’avait qu’un testicule, impossible donc de le valoriser, pas de pedigree, pas de descendance… L’éleveur m’a proposé de changer de chiot, pas de me rembourser ! Laisser ce jeune chiot se faire massacrer puisque invendable, pas question, trop tard, j’avais fait le chèque et j’étais déjà accro…   j’ai vécu quinze ans de rêve avec cet animal, mais question pognon je me suis fait avoir. Je m’en fous, ce que j’avais acheté c’était un chien, pas une banque.   

Bon, comment éviter de se faire avoir ? 

Il faut trouver le bon éleveur, et forcément il y en a de bons, de mauvais et aussi des escrocs…

Le truc, en fait, consiste à aller dans les expos. C’est une horreur, il y a un monde dingue,  les éleveurs sont difficiles à approcher, et très sollicités, car pour un vrai acheteur, il y aura des dizaines de curieux… Mais justement, l’attitude de l’éleveur dans cette situation est très importante. Même crevé, il aura toujours beaucoup d’enthousiasme pour vous parler de la race qu’il élève, ne serait-ce que pour la faire connaître. 

Bon, s’il est à un quart d’heure de la présentation au concours de son plus beau mâle, il sera peut-être moins disponible… 

L’expo vous permet de voir plusieurs éleveurs, de trouver des adresses. Où il faut aller, c’est toujours à dache des centres-villes, mais c’est la seule façon de voir comment sont élevés les chats, s’ils sont en cages ou élevés « sous le pied », c'est-à-dire socialisés. Ce sera le test absolu, vous pouvez aussi manipuler les chatons, voir comment ils réagissent. 

Attention de par la loi pour qu'un chat puisse revendiquer l'appellation chat de race, il est impératif qu'il possède un pedigree. L'article L214-8 du Code rural et de la pêche maritime stipule dans son paragraphe 3 : « Ne peuvent être dénommés comme chiens ou chats appartenant à une race que les chiens ou les chats inscrits à un livre généalogique reconnu par le ministre chargé de l'agriculture.. » 

C'est un document qui indique les ascendants du chat sur quatre générations (son arbre généalogique). Ce qui signifie bien évidemment que le chaton doit être issu de parents qui ont eux-mêmes un pedigree

L’éleveur doit vous le remettre soit au moment de la vente, soit vous communiquer le numéro d'attestation de demande de pedigree du chaton….. Si le chaton est né hors de France le pedigree doit avoir été émis par un livre d'origines reconnu par le Ministère de l'Agriculture. 

Attention méfiez vous des appellations du type chat « d'apparence », suivi du nom d'une race. Cette appellation ne peut vous garantir qu'une chose avec toute l'incertitude que cela comporte que ce chat aura à l'âge adulte l'apparence de cette race

D’autres indices ? Un vrai éleveur digne de ce nom ne vous pressera pas d’acheter, vous fera voir les parents de la portée, sera aux petits soins, ne prétendra pas qu’il vous enverra les papiers plus tard, il dispose d’un carnet de santé avec les vaccinations, en cas de problème, il s’engage à rembourser, pas à donner un autre chaton, il refusera normalement de vendre un chaton de moins de douze semaines… 

Il y a un avantage avec le chat de la SPA.  Pas d’entourloupes possibles. 

Le texte de loi qui s'impose au vendeur d'un chat

les dernières mises en ligne