micetto responsive
nos conseils

Rendre son chat obéissant

22/09/2013
Rendre son chat obéissant

Chat stop !

Interdire quelque chose à un chat, lui donner des codes autres que les siens sur un certain nombre de règles de base, voilà un axe sur lequel félinophiles et félinophobes pourraient s’écorcher vifs en place publique…
Pourtant…
On sait déjà qu’un chat, très vite, est propre… Il arrive à l’un des miens de repeindre la couette de mon fils à la pisse quand, ce n’est probablement pas du hasard, sa caisse n’est pas changée à temps !
C’est un signe qu’il peut y avoir échange de bons procédés, quand on sait à quel point un chat est indépendant, c’est un grand pas.
Bon, que veut-on leur interdire vraiment ?
De transformer les pieds de table, les angles des armoires en bois en arrondis vilains et pleins d’échardes par exemple.
Idem pour les tapis qui deviennent vite des jeux d’exercice d’accrochage des griffes.
On peut aussi leur interdire d’aller bouffer le poisson avant ou après cuisson, quand on le pose dans son plat.
Bref de voler la bouffe des autres…
On ne supporte pas non plus que lorsque l’on est à table, le minet familial vienne saupoudrer de poils votre osso bucco, ronronner entre les bouteilles et les verres, même s’ils ne sont pas en cristal, ou encore lécher votre crème brûlée…
Alors, possible ou non ?
Possible !
Mais il va falloir tomber dans l’ultra-basique.
Quand un chat n’est pas où il faut, donc dans un endroit dont il doit dégager, une solution : claquer, une, voire deux fois dans les mains, il va piger tout de suite !
Il reviendra, il était trop bien allongé sur votre collection de masques vénitiens, de parchemins étrusques ou de bandes dessinées cultes…

Re-claque dans les mains… Autant de fois qu’il le faudra. Un chat n’est pas têtu, il sait très bien quand il est le patron ou pas. En revanche, sa logique n’a rien à voir avec Descartes… Un interdit, c’est toujours une épreuve de force, le mot est idiot d’ailleurs parce que s’il y bien un truc qui ne marche jamais avec les chats, c’est la force ! C’est plus du domaine du rite… 

Mais il faudra lâcher du lest sur autre chose. En fait, on devrait systématiquement envoyer en stage de félinothérapie tous nos dirigeants, économiques et politiques, ils y apprendraient le compromis et bien d’autres choses d’ailleurs ! … 

Bref, il faut sacrifier un dessus de lit, qu’il faudra nettoyer au papier collant, peut-être changer de temps en temps, on évite donc le cachemire, on peut aussi laisser mourir un vieux fauteuil, ce qui leur permet de roupiller et de griffer de temps en temps. Parce que leurs griffes poussent tout le temps, qu’il faut qu’ils les usent, c’est comme ça, il leur faut leur défouloir. Simplement, au lieu de les laisser décider c’est vous qui allez désigner le meuble victime et les couches peinardes. Mais, c’est une règle absolue, on ne les soulève pas délicatement de l’endroit interdit, la délicatesse, chez eux, c’est signe d’autorisation. 

Donc, pour les virer, on claque des mains. Fort.

Pour interdire un acte, voler au hasard, ou marcher sur le clavier de l’ordinateur quand vous bossez, ça évite par exemple de rendre un papier ou un rapport avec des iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii et des aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa partout, et même des ççççççççççççççççççççççççççççç et des &&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&, ils ont le génie de trouver la touche impossible…. Idem, on claque des mains. Et il ya un moment où ça ne les amuse plus les mains qui claquent. Alors ils éviteront les endroits interdits mais il faut aussi être très sélectif, vous ne leur interdirez pas les trois-quarts de votre habitation. Bref, il faut cibler ! 

Autre technique. Quand ils font un truc totalement interdit. On les attrape par le cou, souvenir maternel chez eux, et maman elle, savait leur dire ce qui est bien et pas bien, on secoue un peu rudement une fois (rudement ne signifie pas avec violence mais avec fermeté, il faut du doigté en tout…)  et on ajoute un NON très bref, très pète sec. Cette technique là marche formidablement. Pas du premier coup mais ça marche.  

A deux conditions toutefois. Il faut s’y prendre très tôt. De même qu’il est impossible d’apprendre à un vieux singe à faire la grimace, il est inutile de vouloir faire le moindre échange avec un chat âgé ou qui a déjà ses habitudes. Par ailleurs, un apprentissage se fait dans le temps. Si dans ce temps-là, vous oubliez une fois de le virer de là où il ne doit pas être, on remet les compteurs à zéro ! 

Et oui, la cohabitation est un art, et ils ont un avantage sur nous, puisque au départ, ils ont les 52 cartes en pattes. On le répète, oubliez la force. C’est très intello la vie avec un chat, mais quel pied ! 

Lire également

les dernières mises en ligne