micetto responsive
nos conseils

La gestuelle est importante pour parler à son chat.

01/10/2013
La gestuelle est importante pour parler à son chat.

Parler avec son chat (bis), les codes gestuels… 

On a vu lors d’une précédente chronique que l’on pouvait se faire comprendre d’un chat en lui parlant, en tous cas en y mettant le ton. 

Il y a une autre façon de communiquer, par le geste. 

Ce dont il faut se souvenir, c’est que les chats détestent les mouvements brusques. Cela les oblige à se mettre en position de défense. Exactement la même réaction qu’en présence de bruits brutaux et inhabituels (hurlements, perceuse, porte qui claque, aboiements, aspirateur etc…) 

Donc, dans les codes gestuels avec les chats, brutalité, violence et même rapidité interdites. 

On est d’accord, pour la gestuelle comme pour le langage, pas question de leur parler des cours de la bourse !

Un animal n’est pas un humain, vouloir le faire réagir comme tel est une connerie. La com avec un animal est donc au niveau de l’animal, pas celui de l’homme. Ce qui ne veut pas dire que les chats sont trop cons pour nous, ils se racontent des tas de choses que nous ne comprenons pas, et ils n’essaient pas de nous faire plonger au sol de dix fois notre hauteur juste pour rigoler… Ils pourraient penser que nous sommes trop cons pour eux… 

Bref, la communication est réduite, un animal n’est pas un compagnon mais une compagnie ! 

Donc question langage par la gestuelle, on reste toujours sur les fondamentaux, interdit-conseillé-souhaité… 

Ici le mot important est « habituel ». Rien ne se passera du premier coup, avec un  chat, une habitude prend du temps. On comprend donc que l’on ne dresse pas un chat, on l’habitue. 

Pour l’interdit, on peut leur gueuler dessus, ils vont décamper mais pas retenir la leçon. C’est aussi imbécile que de tenter de les frapper ! 

Pour leur faire comprendre qu’ils ne doivent pas rester là où ils sont, on claque dans les mains. Ils vont vite piger que cela signifie qu’il faut calter. Mais cela ne signifie pas interdit, cela signifie « ouste ! ». C’est un interdit, mais temporaire !  

S’il s’agit de les houspiller sur un truc qu’ils ne doivent pas faire, on a déjà expliqué qu’il faut les prendre par la peau du cou, leur dire un « NON » ferme mais pas hurlé, les secouer une fois, toujours ferme mais non violent, ils vont piger. (1)

Mon fils parvient même aujourd’hui à faire comprendre à nos chats qu’ils font une connerie en levant le doigt, quand ils sont par exemple en train de marcher sur son clavier d’ordinateur.   

Il y ajoute le cas échéant un bruit que l’on trouve dans les BD sous diverses formes, « GRRRR », par exemple, éventuellement un grondement de gorge, et petit à petit, ça vient, c’est long d’apprendre à échanger, l’homme, en plus de trois millions d’années, n’y est toujours pas parvenu ! 

Bon, ça va bien pour l’interdit, on passe aux choses agréables. Si l’on souhaite les voir faire quelque chose, par exemple venir sur vos genoux, se coucher près de vous, venir lécher les restes de yaourt, venir jouer avec vous, le truc imparable, c’est de tapoter. 

Mais il faut toujours que le fait de tapoter l’endroit où vous les conviez soit suivi d’un acte positif. Caresses, bouffe, jeu, dodo etc… 

J’ai ainsi réussi, mais je crois qu’en fait c’est lui qui était demandeur, à apprendre à Nansen, mon norvégien mâtiné Maine coon, le jeu du « va chercher et rapporte »…  Alors c’est sûr, je ne lui lance pas une boule de pétanque ! Ce qui l’excite ce sont les papiers de bonbons. Quand il en a envie, si ce n’est pas le cas je n’insiste pas, il démarre façon bip-bip pour aller chercher le papelard et me le rapporte… ou pas, cela dépend de son « fun » comme disent nos amis et cousins Québécois.  

En somme, c’est évidemment frustrant mais on ne monte pas un cirque quand on a un chat, il est infiniment plus facile d’interdire que de proposer. C’est pour cela que quand l’habitude de communiquer par gestes s’installe, c’est du nanan. Tenez, un dernier truc, je n’ai jamais vu un chat résister à ça et je ne sais pas du tout pourquoi. Tendez l’index et dirigez le vers son nez, approchez doucement. C’est lui qui va venir renifler, probablement lécher, l’histoire commence…. Mais au fait là, c’est lui qui me dresse, qui m’adopte ! Exactement, et c’est génial ! 

(1)Pour ce conseil : Juliette une de nos lectrices n'est pas d'accord. Voir son point de vue et la réponse de Jean Louis.

les dernières mises en ligne