micetto responsive
nos actualités

Les vétérinaires font-ils des affaires sur le dos de leurs clients ?

Une du Parisien du 29 juin 2014 dénonçant le scandale des vétérinaires

C’est la question soulevée par le Parisien du 29 juin 2014 qui parle de “business juteux”.

Contrairement aux médecins, les vétérinaires peuvent à la fois prescrire un médicament et le vendre à son client.

Le vente de médicaments par les vétérinaires représenterait 95 % du marché qui s’élève à 2 Milliards d’Euros, soit encore la moitié de leurs revenus pour les 16 747 vétérinaires de France.

En effet, d’une part, on ne trouve pas la plupart des médicaments pour animaux en pharmacie et d’autre part, les vétérinaires fournissent rarement des ordonnances.

Par exemple, la pilule contraceptive pour les chattes. Si vous voulez garder votre chatte entière pour lui faire une portée plus tard, vous aurez absolument besoin de Mégépi Chat.

Philippe Gaertner, Président de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, indique que les vétérinaires ne fournissent pas d’ordonnance renouvelable. Il faut retourner chez le vétérinaire à chaque renouvèlement de la boite. Or celui-ci pratiquerait des prix pouvant aller jusqu’à 20 % de plus que les pharmacies.

Moi-même, j’ai eu l’occasion de comparer une différence de 50 % sur une injection d’antibiotiques pour chat faite par un vétérinaire parisien et un autre en Espagne.

C’est pour cette raison que Francis Queutier, Eleveur à Puy-du-Lac en Charente-Maritime, avait décidé de se procurer les antibiotiques pour son troupeau directement chez un pharmacien. Cela lui permettait d’économiser 6000 euros par an. Mais son pharmacien a été mis en examen pour vente de médicaments sans ordonnance.

Ainsi, c’est la guerre entre les pharmaciens et les vétérinaires en Charente-Maritime. M. Queutier s’est vu rejeté par son vétérinaire qui a refusé de soigner une de ses vaches malade au motif qu’il ne s’approvisionnait pas chez lui. Compte-tenu que les vétérinaires sont de moins en moins nombreux et qu’il faut parfois faire plus de 20 kilomètres pour en trouver un autre, cette attitude peut être très dommageable pour l’éleveur.

Interrogé sur cette pratique, Michel Baussier, Président de l’Ordre National des Vétérinaires, indique que ces litiges sont une infime minorité et que la plupart des vétérinaires jouent le jeu d’un système de libre-concurrence. Il précise que si les médicaments sont parfois plus chers chez les vétérinaires, c‘est simplement parce que ces derniers, travaillant sur des quantités moindres, n’ont pas la possibilité de négocier des prix plus bas. Il estime souhaitable que le vétérinaire puisse fournir le médicament lors de la prescription. C’est comme à l’hôpital. Je reconnais que moi-même, j’apprécie quand le vétérinaire administre lui-même le médicament sur mon chat un peu difficile, que ce soit un comprimé ou une piqure. 

 

 

A découvrir également

 

 Bien choisir son vétérinaire : on y arrive !

Emmener son chat chez le vétérinaire

VetoAdom, service d’urgence vétérinaire à domicile...

 

les dernières mises en ligne