micetto responsive
nos actualités

Sida du chat et autres maladies graves, même pas mort !

Photo d'illustration un chat ausculté par un vétérinaire

Je l’ai souvent écrit sur le site Micetto, j’ai des animaux depuis des dizaines d’années, chiens, chats, mais aussi caméléon, hamsters, chiens de prairie… Bref, pour être court, je fais évidemment la fortune des vétérinaires et des crématoriums… Un jour, un de mes chats a été diagnostiqué comme ayant attrapé le FIV, le Sida des chats. Le vétérinaire nous a dit que c’était sans espoir, qu’il fallait l’euthanasier. Les filles de la maison, fille et épouse, n’ont pas accepté cette sentence de mort, on nous a expliqué que le vaccin c’était avant, pas après. Je n’étais pas jobard non plus, et j’ai donc demandé au praticien de vacciner le chat quand même et puis mektoub ! (« C’est écrit », l’un des plus beaux passages de Lawrence d’Arabie, et cette célèbre conclusion  « nothing is written…). 

On a donc vacciné le chat, le véto nous faisant comprendre son incrédulité mais aussi sa certitude que le client est roi,  et…  le chat a vécu de nombreuses années. Comme quoi, les diagnostics de ce genre, j’ai un peu tendance à me les carrer où je pense. 

Et en plus j’ai raison !
Enfin partiellement, en tous cas sur le fait que le chat ne devait pas être forcément euthanasié après constatation de son infection. On y reviendra mais en plus, le site du GEF, que nous évoquerons dans quelques lignes, affirme que le vaccin anti FIV n’existe pas en Europe, bref mon vétérinaire, je l’ai quitté depuis bien longtemps, était évidemment en train de m’escroquer. Par ailleurs il est déconseillé de vacciner un chat après constatation mais comme le vaccin n’existe pas je ne sais pas ce que mon (très) cher vétérinaire lui a injecté. Cela dit, mon chat a vécu, de très longues années, ce qui prouve qu’en effet, un chat infecté n’est pas forcément condamné.  
Un groupe de virologues européens, qui en a marre de voir des chats euthanasiés alors que ce n’est pas nécessaire, les cas les plus fréquents sont la leucose, le sida du chat, le typhus, les virus responsables de maladies respiratoires (herpèsvirus, calicivirus,…), les coronavirus et la péritonite infectieuse féline (PIF), a créé une association qui met à la disposition des vétérinaires toutes les nouvelles découvertes dans ces domaines. Il s’agit de l’ABCD,  Advisory Board on Cat Diseases, qui émet des  « Recommandations officielles concernant les maladies virales du chat », valables pour toute l’Europe. Le top en matière de virologie féline.  

Ces données sont en anglais  mais le site GEF, Groupe d’Etudes Félines, (1) met à disposition, en français, les fiches sur les maladies suivantes :  la leucose (FeLV) : fiche 1 et fiche 2, les coronavirus et la Péritonite Infectieuse Féline (PIF) : fiche 1 et fiche 2, le sida du chat (FIV) : fiche 1 et fiche 2,  le typhus (= panleucopénie = parvovirose) :  fiche 1 et fiche 2

Et la lecture de ces fiches est édifiante. Il y a évidemment des cas désespérés, mais on euthanasie beaucoup trop fréquemment et ce parfois par manque de connaissances. Pas facile à dire à votre vétérinaire, qu’il n’est pas au courant. Il peut croire avec raison qu’on le prend pour un con. Alors, éventuellement, on procède au double diagnostic et faites l’imbécile, vous apportez la fiche au vétérinaire suivant en disant que vous avez trouvé ça… 

La phrase clé est celle-ci, à ne pas oublier : 

« Un test positif ne doit pas mener à l’euthanasie du chat ! »

Simple non ? 

 

 

(1) Le GEF est un Groupe d'Etudes Felines créé en 1998 il rassemble des vétérinaires s'intéressant plus particuliérement à la médecine féline et est animé par le docteur Ariane Garber

Le GEF fait partie de la SAVAB (Small Animals Veterinary Association of Belgium)

 

Quelques autres conseils si vous devez emmener votre chat chez le vétérinaire

 

 

Quelques conseils pour bien choisir son vétérinaire
Mon chat est il malade en 3 épisodes ?  
Comment savoir si son chat souffre
Emmener son chat chez le vétérinaire

les dernières mises en ligne