micetto responsive
nos conseils

Retrouver son chat perdu : on ne lâche rien !

03/08/2017
Retrouver son chat perdu : on ne lâche rien !

Patricia Franckhauser (1) propose une méthode pour retrouver son chat perdu, même au bout d’un temps très long, avec un ou deux gestes répétitifs pendant le temps qu’il faut, elle dit que l’un de ses amis a retrouvé de cette façon son chat parti depuis trois mois. Nous pouvons d'ailleurs nous aussi attester de la validité de la méthode dans la mesure où notre collaboratrice Marie a elle même retrouvé sa chatte Vodka de cette manière.

Ce dont il faut se souvenir, nous avons écrit un reportage sur la question, c’est qu’un chat n’est pas un grand voyageur, son univers, et cela ne change pas s’il se perd ou s’il se blesse, est de l’ordre de 500 mètres. (Lire la BBC suit les chats domestiques à la trace)

Par ailleurs, sa vision n’est pas celle que l’on imagine, perçante et efficace par tous les temps. Il ne voit pas bien sur la tout ce qui est  proximité immédiate, il est bigleux au-delà de 50 mètres, en revanche, il voit la nuit et surtout, son ouïe et son odorat sont hyper-pointus. 

La méthode de recherche ? 

Elle a été expérimentée dans le sud de la France, et s’applique avec succès depuis vingt ans, plutôt dans un univers campagnard que dans un monde urbain. Quoique… 

Elle consiste… à appeler son chat ! 

Mais pas une fois de temps en temps et de différents endroits en espérant qu’il va faire comme un toutou, revenir à toutes jambes ! 

Non, il faut le faire systématiquement, régulièrement, et toujours du même endroit.

On l’appelle par son nom, il connaît votre voix. 

On l’appelle toutes les vingt minutes, pendant cinq minutes, et ce durant trois heures, si possible de nuit.

On ne le fait pas au-delà de 22 heures parce qu’après c’est du tapage nocturne… 

On le fait la nuit parce que la voix porte mieux… Il y a aussi moins de bruits polluants que de jour. 

Le chat est donc parti, il s’est perdu, il a fait une fuite, il s’est blessé, quel que soit le motif de sa disparition, s’il est vivant et s’il n’a pas été enlevé, il est dans le coin et il vous entend dès le premier soir. 

Du coup avec le son il a un repère de cap, il sait d’où ça vient, c’est pour cela qu’il faut toujours l’appeler du même endroit, ça lui fait comme le rayon d’un phare acoustique… 

Et bien sûr, qu’il soit blessé, en fuite ou paumé, vous avez peu de chances de le revoir le premier soir… Il est caché et il reste caché. En revanche, il sait que vous êtes là. Quand il se sentira d’attaque s’il est blessé, quand il aura envie de vous pardonner s’il a fui, quand il voudra tenter de se retrouver dans un univers qu’il ne connaît pas (un chat met deux mois à connaître son territoire !) il commencera à bouger. Pas forcément toute la distance d’un coup… Mais il se rapproche. 

Après, c’est vous qui décidez de le retrouver coûte que coûte, à brailler comme un con six fois par soir le nom d’un animal… 

Il faut le faire sans aucune modif de l’emploi du temps car s’il veut revenir, il se calera sur vos interventions. Si un soir vous ne l’appelez pas, il peut repartir dans la mauvaise direction s’il est perdu… N’oubliez pas que s’il est blessé, il peut avoir du mal à se déplacer mais aussi du mal à vous entendre, à vous voir en fin de parcours. Vous pouvez ajouter, entre deux appels de son nom, un coup de sifflet à ultra-sons, il comprendra vite que cela vient aussi de vous. 

Mais ce qui est sûr c’est qu’il faut tenir le coup, ne pas se lasser, ne pas se décourager. 

Il peut être paumé à 50 mètres de vous ! Planqué dans un tas de bois, une cave, sous une bagnole… Et ce qui est sûr c’est que c’est lui qui décidera de revenir, à vous de savoir ne pas lâcher… 

Bon, ensuite, les précautions ou les obligations habituelles, tatouage ou puce, vaccination et stérilisation, les annonces chez les commerçants, dans un rayon d’un km, la visite chez les voisins, on leur laisse la photo de l’animal et un numéro de téléphone, il peut être là, nourri, alors que le voisin ne sait même pas d’où il vient ! On fait des affiches que l’on colle partout, toujours dans un rayon d’un km. On avertit évidemment les pompiers, le véto du coin, la SPA, on est ici dans les grands classiques mais ça marche aussi. 

Le hurlement répétitif en revanche, il faut beaucoup de patience, de courage même, le record de retrouvailles est un an… 

Patricia Franckhauser précise qu’il faut au moins essayer pendant dix jours. Après, à vous de décider si vous l’abandonnez, mais en dessous de dix jours, cela ne sert pas à grand-chose. 

Bon courage ! 

 

(1) Interdiction de diffusion ou reproduction, texte  modifié avec accord de son auteur pour Micetto

 

Si vous aimez cette page et que vous souhaitez recevoir nos dernières actualités ou nos plus belles histoires de chat directement dans votre boite mail, ne manquez pas de vous inscrire à notre newsletter en cliquant ici. Plus nous aurons d'inscrits, plus notre voix pourra se faire entendre et mieux nous pourrons défendre nos amis les chats 

 

211213

30516 

Que faire d'autre lorsque l'on a perdu son chat

les dernières mises en ligne